Mario & Luigi Paper Jam – Pierre, Papier, Marteau !

par Reg le 08/12/2015
Bien que le dernier Mario & Luigi soit sympathique, je dois bien admettre que je suis passé totalement à côté de l’expérience. Longue à se mettre en place, l’aventure n’est pas parvenue à me captiver, malgré quelques idées intéressantes. Malgré tout le bien qu’on peut en dire, l’ensemble m’a semblé sans imagination, avec un humour bancal et un manque de renouvellement flagrant. Autant dire que j’attendais avec impatience ce nouvel épisode qui fait le pari de marier deux univers : celui de Mario & Luigi avec la franchise dépliante des Paper Mario. Un mix pour le meilleur ? Cela se pourrait bien.

CTR_LOGO_M&LPJB_CMYK_v01

Rien à faire, son frangin à la salopette rouge a beau le remettre sur le droit chemin, Luigi est toujours dans les coups les plus bancals pour semer la zizanie. Encore une fois, il est à l’origine d’une belle catastrophe. En feuilletant un grimoire dans une vieille bibliothèque (les animations sont hilarantes, mais on y reviendra !), il ouvre une brèche entre le Royaume Champignon et un monde parallèle où les individus sont faits de papier. Alors que la situation échappe à tout contrôle, les habitants du Royaume Champignon se découvrent un double en papier ! Avec un tel scénario, Nintendo s’est fait un malin plaisir à imaginer des situations cocasses, comme la rencontre de Bowser et son jumeau plié. Si vous voulez des séquences de baston drôles et mémorables, vous allez en avoir ! Enrobé avec une traduction aussi percutante, c’est un régal !

3DS_MLPJ_2B2P_FR 3DS_MLPJ_BAPB_FR

Trio magique

L’histoire, en plus d’être rafraîchissante, est utilisée dans le cadre du gameplay. Mario & Luigi reprend le même concept que les épisodes précédents : à savoir un RPG au tour par tour, avec du saut, des carapaces à lancer ou des coups de marteau à donner ! En optimisant le timing, on peut faire plus de dégâts sur l’ennemi ou éviter de subir des dommages trop importants. On retrouve ainsi tout ce qui fait le sel de la série, avec les attaques ennemies variées, l’ambiance totalement déjantée et l’humour nettement plus cinglant (à mon sens) que le dernier volet. Mais cette fois, l’univers de Paper Mario apporte de nouvelles options, parfois excellentes ! Le système du papier permet aux ennemis de se multiplier (effet pliage, les uns sur les autres) tandis que les offensives ont beaucoup plus de pêche grâce à l’utilisation non plus d’un duo mais carrément d’un trio (Mario, Luigi et Paper Mario). Il faut constamment analyser les frappes ennemies, trouver le bon timing et profiter des trouvailles des développeurs. Cela vaut aussi bien pour les affrontements « simples » que lors des phases contre des boss. Entre s’accrocher à un Paper Mario transformé en un avion papier ou un match de squash, vous irez de surprise en surprise ! Mais on vous laisse découvrir tout ça, ça serait trop dommage de vous spoiler !

3DS_MLPJ_RFPP_FR 3DS_MLPJ_Toad 6_FR

Je suis un géant de papier, lalala

On se demande ce que les créateurs de chez Nintendo ont pris au petit déj’, mais ça doit être du lourd ! En plus des combats classiques, Paper Jam propose des rixes qui s’apparentent à de la baston de méchas en papier. Ce sont les fameux Titancartons ! Ces robots de papier géant, à l’effigie des héros de Nintendo, affrontent des adversaires tout aussi imposants. Là où ça devient n’importe quoi, c’est que les attaques utilisent une jauge qui s’épuise et qu’il faut recharger à l’aide d’un… mini-jeu musical. Le truc totalement « What the Fuck » qui n’a rien à faire là et qui, en plus, a tendance à flinguer le rythme des parties. Autant le dire tout net : cette idée est sans doute la plus foireuse de toute la cartouche. C’est mou, c’est lent et c’est chiant ! On se consolera en se disant que ces séquences ne sont pas si nombreuses, et c’est tant mieux !

3DS_MLPJ_PCM_FR 3DS_MLPJ_PCBG_FR

Toad et ses frères

Au-delà de son univers et de sa réalisation d’ensemble (promis, on y revient !), Paper Jam séduit par sa grande diversité et ses phases d’exploration. Outre les différentes capacités mises en avant pour progresser, le jeu propose des quêtes amusantes. Celles-ci sont des missions qui consistent à sauver des Toads planqués dans le décor. Il faut fouiller les environs, regarder à droite et gauche, se faufiler dans les recoins via Paper Mario et même utiliser la course rapide pour plaquer au sol ceux qui s’enfuient à votre approche. Parfois, l’objectif consiste à parquer les Toads dans un enclos à la manière de brebis égarées. Il y a aussi des passages avec des Maskass, ce qui oblige à ruser. Et on se marre ! Là, à l’inverse des Titancartons, c’est vraiment une idée sympatoche !

3DS_MLPJ_Toad 7_FR 3DS_MLPJ_TSA_FR

Solide graphiquement

Avec tout ça, Mario & Luigi Paper Jam n’est pas parfait mais on s’amuse beaucoup. Bien que très linéaire, le jeu parvient à nous surprendre grâce à de subtiles trouvailles (la patte Nintendo !) et il faut bien avouer que la réalisation est excellente. Le mélange 2D/3D, l’effet de profondeur, l’ambiance musicale (merci Yoko Shimomura !), les bruitages, tout est vraiment calibré et on passe un bon moment ! Difficile également de ne pas souligner la finesse des animations, notamment pour Luigi ! Du grand art ! Il existe même une option permettant l’utilisation de cartes amiibo venant nous épauler en plein combat. Une bonne porte d’entrée pour les adversaires les plus coriaces, même si le niveau de difficulté est adaptable selon votre niveau.

3DS_MLPJ_SCC151123_1708_000 3DS_MLPJ_Library_FR.bmp

Conclusion du rédacteur : BON
En mariant les deux univers, Nintendo a visé juste. Dans l’ensemble, on passe un excellent moment avec la dernière aventure estampillée « Mario & Luigi ». C’est drôle, visuellement agréable et les animations sont très réussies ! Contrairement au dernier volet, j’ai plongé dans l’histoire et j’ai eu bien du mal à décrocher. Une vraie bonne surprise !

Éditeur : Nintendo – Développeur : Alpha Dream – Genre : RPG – Sortie : 04 déc. 2015 – Supports : 3DS

Commentaires
Ecrire un commentaire

    Vous devez vous connecter pour poster un commentaire

    Fontes par Google Fonts. Icones par Fontello. Remerciements complets ici »