Multi-tests : Metroid, Grand Kingdom, F1 2016, Star Ocean et Lego Star Wars

by Régis Monterrin on 17/09/2016
Consoles

metroid_prime_federation_force

Quoi !? Un jeu Metroid sans Samus Aran ? Un jeu Metroid sans la célèbre combinaison de la belle blonde ? C’est comme un plat de spaghettis sans sa sauce bolognaise, c’est comme un David sans son smartphone, c’est comme votre serviteur sans son jeu SEGA du moment, c’est comme Stéph’ sans son hum…. non, je préfère rien dire. Bref, dire que ce Metroid Prime Federation Force a été accueilli avec frilosité est un euphémisme. Au Japon, le jeu s’est même bien viandé, avec des chiffres de vente très faibles, et de nombreux fans se détournant de cet épisode non-canonique de la série. Maintenant, lui cracher dessus parce que vous n’avez pas votre combo boobs/bombe (bah oué, Samus, enfin tout ça quoi…), c’est triste. Metroid Prime Federation Force est un bon p’tit jeu mais il prend le pari de se grimer en jeu multijoueur, plutôt qu’en une aventure épique en solo. Réalisé par les concepteurs de Luigi’s Mansion 2 (un gage de qualité), le titre est vraiment soigné. Vous campez le rôle d’une jeune recrue qui rejoint les forces spéciales pour combattre les Pirates de l’Espace. Votre rôle est de mener à bien différentes missions en suivant des objectifs précis. La progression est plutôt variée, les puzzles sont bien intelligents et les graphismes sont sobres, mais efficaces. Pour densifier l’intérêt du jeu, les développeurs ont intégré des dispositifs – appelés MODs – qui viennent booster les capacités, aussi bien de votre combinaison que de vos armes. Et c’est là tout l’intérêt du soft : il faut le pratiquer à plusieurs (en local ou en ligne) et coordonner ses actions, tout en équilibrant les forces et faiblesses de votre escouade. Disposer d’un tel titre sur 3DS est d’ailleurs surprenant. On regrette tout de même le manque d’inspiration de la direction artistique : c’est plat, passe-partout et globalement fade. Le topo est le même pour les environnements, linéaires, basiques et manquant clairement de fun. On passera rapidement sur le mini-jeu Blast Ball – sympa mais oubliable – avant de glisser notre verdict. Metroid Prime Federation Force vaut le coup si vous aimez les aventures entre potes et que vous avez des amis. Le jeu a clairement été pensé pour le multi et le résultat, dans cette optique, est convaincant. En revanche, si vous y jouez en solo, vous vous lasserez vite, tout simplement.

01

02

Conclusion du rédacteur : BON

 

Éditeur : Nintendo – Développeur : Nintendo  – Sortie : 2 septembre 2016 – Genre : FPS multi – Support : 3DS

 

 

f1

Alors que le dernier épisode a été recueilli avec froideur, Codemasters se devait de remettre les pendules à l’heure. L’éditeur britannique, bien conscient du potentiel de sa licence, a décidé de mettre le bleu de chauffe et le résultat est, cette fois, à la hauteur des amoureux de la discipline. Disons-le clairement, F1 2016 fait très fort. En plus d’afficher des graphismes de toute beauté, il propose un gameplay équilibré, un mode Carrière bien pensé et une atmosphère qui nous plonge dans les paddocks et tribunes des plus grandes courses. Destiné aux fous de simulation comme aux novices (grâce à des aides à activer ou désactiver dans tous les sens), le jeu de Codemasters offre une immersion de tous les instants. Les voix en français sont excellentes et on a vraiment la sensation d’entrer dans la peau d’un véritable pilote. C’est d’autant plus vrai que le mode Carrière propose un système de tests permettant de rapporter des points. Ces derniers peuvent ensuite être échangés contre de nouveaux développements, à même de booster votre voiture. En clair, on s’y croit ! Parmi les points négatifs, on peut citer une IA parfois trop agressive, ce qui peut occasionner de gros dégâts et donc l’abandon. Quand c’est sur la ligne de départ, ce n’est pas grave, on recommence et c’est reparti. En revanche, quand il s’agit du dernier tour, que vous êtes au coude à coude avec votre adversaire et qu’il vous envoie dans le décor… là, les noms d’oiseaux volent à travers la pièce. Mais bon, il ne faut pas faire la fine bouche : F1 2016 met la misère aux anciens épisodes. En dépit de quelques manques (pas de Formule 3, etc.), c’est bel et bien LE jeu de F1 à posséder si vous êtes de ceux qui se lèvent à 6h du mat’ pour suivre le Grand Prix de Malaisie.

03

Conclusion du rédacteur : TRÈS BON

 

Éditeur : Codemasters – Développeur : Codemasters – Sortie : 19 août 2016 – Genre : Course – Support : PS4, Xbox One, PC

 

1458729211-347-logo

Innovante à l’époque, la formule LEGO est désormais connue de tous. Avec nos petits bonhommes (parmi un panel de personnages ultra larges), on évolue dans des environnements variés en construisant des éléments et en résolvant des énigmes à base de briques, d’interrupteurs à activer ou de véhicules à piloter. Et d’épisode en épisode, la boite à musique nous joue sa même sérénade. Pourtant, avec le Réveil de la Force, Tt Games a décidé de chiffonner la couronne de laurier et de se vêtir d’un casque de chantier. Premier constat, Le Réveil de la Force ne se focalise que sur un seul film, Star Wars : Épisode VII. En agissant de la sorte, les développeurs ont évité de s’éparpiller et offre un jeu équilibré et construit autour de plusieurs séquences de gameplay (notamment des phases d’action avec vue d’épaule, des séquences à bord de X-Wing, etc.). Pour autant, on ne peut s’empêcher de signaler que la durée de vie, en ligne droite (c’est à dire sans chercher à tout débloquer), n’excède pas les six à sept heures. En revanche, les habitués de la licence et les plus curieux peuvent se rassurer : la longévité du jeu deviendra gargantuesque dès lors qu’on souhaite le finir à 100%. Au final, on se retrouve devant un bon jeu LEGO. Très bien réalisé et doté d’une excellente mise en scène, il dispose de solides atouts pour nous faire patienter jusqu’au prochain.

04

Conclusion du rédacteur : BON

 

Éditeur : Warner Bros. Games – Développeur : TT Games – Sortie : 28 juin 2016 – Genre : Action/Aventure – Support : Multi-supports

grand-kingdom-logo

Quand j’ai vu le logo de Spike Chunsoft affilié à Grand Kingdom, mon cœur n’a fait qu’un tour. En effet, cet éditeur japonais est réputé pour ses dungeon-RPG ultra punitifs, du type Shiren the Wanderer. Pourtant, avec Grand Kingdom, il n’est pas question de dungeon-RPG mais bel et bien d’un tactical, comme Final Fantasy Tactics. Ce jeu est la suite spirituelle de Grand Knights History, un titre paru sur PSP et signé Vanillaware. C’est un ancien du studio qui a décidé de monter sa propre boite, Monochrome, pour nous livrer cet épisode inédit. Pour faire simple, l’histoire vous place dans la peau d’un commandant qui doit gérer une troupe de mercenaires. Après avoir choisi votre faction, vous devez mener le combat pour obtenir la reconnaissance de celle-ci et mener à bien votre conquête du territoire. C’est ainsi que vous envoyez vos troupes sur le champ de bataille en gérant au mieux les différents évènements. RPG oblige, on retrouve un système de classes et tout ce qui fait le sel de ce type d’aventure (avec des rebondissements, des trahisons, etc.). Là où Grand Kingdom s’avère très original, c’est dans la visualisation des conflits. En lieu et place du célèbre damier, on y trouve un jeu de société avec un plateau et des pions. D’une richesse insoupçonnée (mais qui demande un vrai investissement), Grand Kingdom est l’un des meilleurs jeux tactiques du moment. Attention tout de même, il est carrément difficile à appréhender, ne serait-ce que par son absence de traduction et son gameplay extrêmement exigeant. On est aussi agacés par le manque de tutoriaux et les temps de chargement, mais si vous aimez ce type de productions, c’est probablement un titre à essayer et à apprivoiser.

 

05

Conclusion du rédacteur : BON

 

Éditeur : Spike Chunsoft – Développeur : Monochro – Sortie : 17 juin 2016 – Genre : Tactical-RPG – Support : PS4, Vita

star-ocean-integrity-and-faithlessness_2015_04-14-15_003

Malmené par les critiques, Star Ocean V n’est pourtant pas si mauvais que ça. Le jeu n’a pas la prétention de bouleverser la formule traditionnelle des RPG et il s’attèle à faire les choses au mieux. On retrouve donc des combats en équipe, une intrigue et son lot de surprises ainsi qu’une ribambelle de quêtes sans queue ni tête. Le gameplay, par rapport au précédent volet, a été simplifié mais demeure toujours aussi efficace (avec 7 protagonistes sur le champ de bataille, ça donne un feu d’artifice parfois difficile à lire, mais c’est fun !). Quant aux graphismes, ils ne sont pas ce qu’on a vu de plus beaux sur PS4 mais ils s’avèrent tout de même agréables et offrent, par moments, de sublimes paysages. En revanche, le tout est affreusement vide et le character design ne plaira qu’à certains joueurs. On passe malgré tout un bon moment mais on ne peut s’empêcher de s’interroger sur les moyens mis en œuvre pour réaliser ce titre. Tout au long de la progression, on découvre des éléments bancals, comme si Square n’avait alloué qu’un tout petit budget (contrairement aux FF) à cette production. Comme le jeu est également sorti sur PS3 au Japon, on se retrouve avec un petit JRPG, sympathique mais qui n’exploite pas véritablement les capacités de la PS4. Au final, on en ressort un peu mitigés et c’est quand même triste pour un Star Ocean.

06

Conclusion du rédacteur : MOYEN

 

Éditeur : Square-Enix – Développeur : tri-Ace – Sortie : 1er juillet 2016 – Genre : RPG – Support : PS4, PS3

Donne ton avis!
Top
75%
LOL
0%
WTF?
25%
Triste
0%
Naze
0%
2014 - 2015 - Joypad Network
%d blogueurs aiment cette page :